Choix d’un statut juridique

greg42 Contributions: Q(1)
a posé une question le 16 février 2005

Je suis en ce moment élève ingénieur en alternance, donc cumulant cours et un travail dans une SARL de la région. Un collègue de travail et moi-même, aimeriont créer une entreprise de services web en plus de notre travail de salariés… Nous avons déjà fait pas mal de recherches concernant cela mais deux questions que nous nous posons restent encore sans réponse claire. Je vous expose donc ces deux interrogations :

La première concerne le choix du statut juridique : nous sommes evidemment deux et nous aimerions travailler « à parts égales » (ou presque). Une SARL semble donc convennir mais le choix de la micro-entreprise semble beaucoup plus interessant pour commencer une activité d’autant plus que, pour le début, ce ne sera qu’un apport en plus de notre salaire… Ma question arrive ici : certaines personnes nous ont conseillé de créer deux micro-entreprises, une chacun mais avec une qui sera « connue » des clients et l’autre non. Celle « non connue » facturera des prestations à l’autre « connnue » en cas de contrats avec des clients. Ce système permettrait de nous partager le CA réalisé. Il parait que beaucoup de personnes dans le batiment font cela, mais est-ce vraiment légal? Car je ne veux pas commencer une activité avec quelque chose qui ne serait pas légal. C’est donc ici que j’attends vos réponses et vos conseils.

La deuxième chose concerne les aides auxquelles nous pourrions prétendre : étant jeunes tous les deux (20 et 21 ans) et cela bien sûr en fonction du statut juridique choisi (voir ci-dessus)

Merci d’avance pour vos contributions quinous serons je l’espère d’une aide précieuse.

1 réponse

idy Contributions: Q(7) / R(34)
le 16 février 2005

Rien d’illégal à créer chacun son entreprise individuelle. C’est le principe de la sous-traitance que vous exposez ; selon la nature du client et du contrat commercial, vous devrez peut-être informer le client que vous exercez avec un sous-traitant (exemple type : marchés publics).

Ce mode de fonctionnement vous allègera considérablement de toutes les obligations juridiques, fiscales et comptables d’une SARL (rédaction de statuts, expert-comptable, etc.), d’autant plus que cette activité n’est qu’accessoire.

Cf. le post suivant http://forum.netpme.fr/list.php?1,16200 qui semble être un cas analogue au votre.

Cordialement,

#1

Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour répondre